Les effets négatifs de l’immigration sur le marché du travail

Les effets néfastes de l’immigration sur le travail : les éclairages des recherches universitaires menées par le Center for Immigration Studies.

 

Conclusion des travaux du CIS de septembre 2016 :

 

En résumé, les États-Unis ont été un aimant pour les travailleurs peu qualifiés issus de l’immigration alors même que les autochtones peu qualifiés ont travaillé de moins en moins. Cela ne signifie pas nécessairement que les immigrés excluent les indigènes de la main-d’œuvre, mais plutôt que les immigrés remplacent les indigènes, causant une détresse économique et sociale dans les communautés les plus touchées. Comme les indigènes quittent le marché du travail – que ce soit en raison de la concurrence des immigrés, des salaires insuffisants, du recours aux aides sociales, du dégoût pour le travail manuel, ou pour une autre raison – les employeurs se tournent de plus en plus vers les immigrés.

Quelle que soit la mesure dans laquelle l’immigration a causé le déclin du travail dans les communautés américaines de la classe inférieure, l’immigration n’agit que comme un pansement, occultant le problème majeur. Au lieu de chercher des façons d’obtenir le retour au travail des indigènes – grâce à des salaires plus élevés, ou à une diminution de l’accès aux aides sociales – les chefs de gouvernement et d’entreprise ont amené les immigrés à faire le travail à leur place. La limitation de l’immigration ne résoudrait pas tous les problèmes auxquels sont confrontés les autochtones peu qualifiés, mais elle permettrait de les inciter à réintégrer le monde du travail.

La concurrence des immigrés est une des thèses possibles pouvant expliquer la baisse de travail chez les autochtones peu qualifiés.

La réforme de l’immigration augmenterait le taux de participation global au marché du travail en apportant de nouveaux individus en âge de travailler, compensant ainsi certains des enjeux macroéconomiques associés au déclin de la participation des jeunes adultes sur le long terme.

 

Charles Murray sur les dangers de la société multiculturelle :

La diversité ethnique est correllée à des effets vraiment dévastateurs sur la confiance mutuelle, et sur le capital social. (…) Et ce n’est pas seulement une baisse de la confiance mutuelle entre les groupes, mais à l’intérieur même de chaque groupe ethnique.

 

Lire le rapport complet 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s